Emploi, avenir, diplôme, quel état d'esprit pour les étudiants ?

Les étudiants sont conscients du contexte qui est en leur défaveur.
Ecrit par

En ce 1er octobre, une étude a largement mis en lumière le problème du chômage chez les jeunes diplômés. Dans un contexte morose, les étudiants se laissent-ils abattre ? Réponse grâce à une nouvelle étude inédite, menée par mediarh.com-OpinionWay.

Les jeunes ont de quoi avoir une petite baisse de moral en ce début du mois d'octobre. Vous l'avez peut-être vu, une étude parue aujourd'hui et menée par l'APEC révèle que 40% des jeunes diplômés sont encore sans emploi un an après l'acquisition de leur diplôme. Un coup dur pour la jeune génération ? Certainement. Mais se laisse-t-elle abattre pour autant ? Le mois dernier, la rédaction d'Air of melty vous avait présenté l'état d'esprit des étudiants en période de rentrée 2015. Un sondage réalisé par le magazine L'Etudiant avait permis de mettre en lumière le fait que plus de la moitié des jeunes restait zen face à la reprise des cours. Les plus stressés se révélaient être les nouveaux bacheliers et les filles. Aujourd'hui, un mois après la reprise, qu'en est-il ? Un sondage mediarh.com-OpinionWay nous donne des éléments de réponse. Réalisée en septembre dernier auprès de 803 étudiants, l'enquête fait trois constats principaux : les étudiants restent optimistes quant à leurs chances de trouver un emploi (et c'est tant mieux !), ils considèrent leur formation comme étant un plus sur le marché de l'emploi et, enfin, motivation et expérience en entreprise sont la clé de l'emploi pour les étudiants.

Comme l'explique l'étude mediarh.com-OpinionWay, qui répond directement à l'autre étude publiée ce jour, "malgré un contexte économique difficile, les étudiants sont dans leur majorité (75%) optimistes quant à leur chance de trouver un emploi à l’issue de leurs étude. Un sur cinq se dit même très optimiste". Toutefois, il est vrai que tous ne partagent pas le même niveau d’optimisme : "les plus diplômés et les étudiants en filière scientifique et économique sont de loin les plus optimistes tandis que les moins diplômés et les étudiants en filière littéraire ou marketing apparaissent plus pessimistes". Ce qui donne de l'espoir aux étudiants aujourd'hui, c'est la qualité de leur parcours, entre formation et expérience sur le terrain. En effet, les deux-tiers des jeunes (69%) estiment que leur formation actuelle est "particulièrement valorisée sur le marché de l'emploi, et ce plus que le diplôme en lui-même". Et, dans la même envie d'échapper au chômage, 56% des étudiants estiment que l'expérience en entreprise acquise lors de stages reste le principal rempart contre ce fléau, juste devant la personnalité/motivation (50%) et le diplôme (49%). Vous le voyez donc, les jeunes Français sont aujourd'hui prêts à se dépasser toujours plus et à se battre pour parvenir à l'avenir qu'ils estiment mériter ! En cela, les jeunes correspondent parfaitement à l'état d'esprit "Why Not" véhiculé par meltygroup ces derniers mois : pourquoi pas tenter, quoi qu'il arrive ?

Crédit : univ-jfc.fr, x