La jeune génération, ultra impliquée dans la politique ?

Les jeunes aiment le côté show de la politique.
Ecrit par

2017, année de toutes les surprises concernant les Millennials ? Alors que l'on nous répète depuis des années que les jeunes ne s'intéresent pas à la politique, cela pourrait bien changer. Selon Brian Robbins, CEO d'AwesomenessTV, les moins de 35 ans et la politique, ça matche plus que jamais. Merci le show !

L'ambition d'Air of melty au quotidien, c'est de vous aider à comprendre qui est réellement la jeune génération. Dans cette logique, régulièrement, nous cherchons à mettre à mal des clichés persistant autour des Millennials et de la génération Z. Concrètement, en septembre dernier, nous vous présentions ainsi 6 idées reçues à oublier au sujet des jeunes, entre ultra-connexion, autorité et individualisme. Aussi, il y a quelques semaines, nous vous dévoilions 6 idées reçues balayées autour des Millennials, allant de la notion de propriété au rapport à la télévision ou à Facebook. Aujourd'hui, c'est Brian Robbins, CEO de la plateforme YouTube AwesomenessTV et expert en matière de contenus engageants, qui explique que les jeunes nous réservent encore bien des surprises. Alors que nombreux sont ceux qui estiment que les moins de 35 ans sont individualistes, désenchantés, ou encore peu engagés, le professionnel a tenu à expliquer lors de la conférence Code Media que c'était faux. A l'inverse, l'élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis et tout ce qui se passe aujourd'hui sur la scène politique mondiale semblent avoir convaincu les jeunes de s'intéresser à cette thématique. Oui, vous avez bien lu, les jeunes et la politique, ça matcherait plus que jamais !

Marketing d'influence : Tanke, "Les idoles des jeunes ne sont plus acteurs ou chanteurs mais youtubeurs ou instagrameurs" (EXCLU)
Les jeunes, à l'écoute des politiciens ?

C'est ce qu'explique le site L'ADN, qui relaie les propos de l'expert de la jeune génération, en expliquant à quel point il est important d'avoir conscience de nouveau centre d'intérêt de la jeune génération. "Si l’homme d’affaires y voit évidemment une occasion de se diversifier et de faire toujours plus de vues, la tendance est intéressante et soulève plusieurs questions. La stratégie sociale de Donald Trump n’a cessé d’alimenter les débats, en faisant un axe principal des élections américaines. Assez logiquement, les ados s’y sont intéressés : c’est vrai qu’en s’adressant à une cible sur ses terrains de jeux, on la capte plus facilement… Tout le monde l’a compris dans le secteur de la publicité… Visiblement un peu moins du côté des hommes politiques… Si certains se sont essayés aux réseaux sociaux, ce n’est pas toujours avec brio", analyse ainsi l'ADN. A deux mois des élections présidentielles en France, il est intéressant de s'intéresser à la manière dont les jeunes matchent avec la politique.

Mobile : Swinkle, l'appli qui va aider les jeunes à ne plus jamais perdre leurs photos de soirée
Les jeunes aiment le côté show de la politique.

Et, cela, Brian Robbins l'a bien compris. Il souhaite ainsi "calquer la stratégie des YouTubeurs et des influenceurs qu’il invite sur ses chaînes pour proposer des programmes en adéquation avec les habitudes de consommation de son public". Ce qui signifie ? Que la plateforme AwesomenessTV, spécialisée dans le divertissement, va se mettre à parler de politique en axant le sujet sur ce qui captive les jeunes : le côté show. De quoi envisager une révolution en France également ? Pour le moment, il faut le dire, c'est loin d'être le cas. "De ce côté-ci de l’Atlantique, les candidats ont tendance à ne privilégier qu’un électorat plus âgé : les programmes, les discours et les campagnes ne sont basés que sur cette base très précise, faisant fi des revendications et des attentes de ceux qui sont pourtant déjà en âge de voter. Le seul qui se démarque sur le terrain est Jean-Luc Mélenchon, qui pour lancer sa chaîne YouTube a choisi d’écouter les conseils… d’un YouTubeur… Efficace, puisqu’il est le « premier YouTubeur politique de France »", conclue l'ADN.

Crédit : swinkle, x