E.Leclerc s’amuse avec les contes et les comptes pour Noël 2018

Ecrit par

La période de Noël est généralement un moment de l'année durant lequel les marques cherchent à mettre des étoiles dans les yeux du grand public. De son côté, E.Leclerc a plutôt de miser sur la sobriété...et l'authenticité. Un choix pertinent ?

Impossible d'y échapper, nous sommes en pleine période de fêtes de Noël ! Et, bien évidemment, les marques sont nombreuses à participer à la fête. Alors que les réseaux sociaux ont déployé leurs outils pour permettre aux consommateurs comme aux marques de bien préparer cette période (on pense notamment à Pinterest qui a dévoilé ses conseils pour bien communiquer sur sa plateforme pour Noël 2018), les marques rivalisent d'originalité et de créativité pour marquer les esprits en matière de vidéo. Ainsi, le mois dernier, c'est KFC qui passait en mode Noël en misant sur l'humour, en organisant un duel des titans entre son poulet et la dinde de Noël. Aujourd'hui, c'est l'enseigne E.Leclerc qui se met en lumière en surfant sur la tendance des fêtes, en misant sur un mélange subtil et pertinent entre contes de Noël...et comptes de Noël, qui font moins rêver. Mais, en pratique, ça donne quoi ?

Imaginée par l'agence Australie, la vidéo diffusée par E.Leclerc en ce mois de décembre 2018 met en scène plusieurs familles en période de fin d’année. "Curieux, mais aussi excités à l’idée de recevoir leurs cadeaux, les enfants n’hésitent pas à torturer leurs parents, pour savoir comment et quand arrivera le Père Noël. Et ce n’est pas facile de trouver les mots convaincants, pour expliquer comment Saint-Nicolas réussit à livrer les cadeaux dans un temps record, à l’ensemble des enfants sur le globe", explique le site La Réclame, qui relaie la campagne. Pendant que les parents mettent tout en oeuvre pour défendre les contes des enfants, "qui défend le compte des parents ?" Là est toute la question soulevée par la marque. En misant sur un tel message, E.Leclerc entend montrer que le groupe reste près des attentes prioritaires des familles françaises, à l'heure où le pouvoir d'achat constitue un enjeu fort. Alors, est-ce ce qu'il fallait sous le sapin cette année ?