Emploi : Comment séduire la génération Z, alias la génération zapping ?

Ecrit par

Quand la génération Z débarque sur le marché du travail, ça promet une révolution de taille ! Aujourd'hui, c'est le site MyRHlive qui s'intéresse au sujet, en évoquant les caractéristiques fortes des moins de 25 ans et ce que cela implique pour les recruteurs.

Mais qui sont vraiment les jeunes ? C'est la question à laquelle la rédaction d'Air of melty tente de répondre au quotidien, qu'il s'agisse d'une question générale ou de thématiques plus précises. Ainsi, il y a quelques jours, nous vous présentions les caractéristiques de la génération Y entre déracinement, open mind et bien d'autres éléments. En dehors de cela, on vous l'a déjà dit, l'emploi constitue un élément capital de la vie quotidienne des jeunes et une partie importante des espoirs concernant leur avenir. À ce sujet, il y a peu, nous vous faisions découvrir le rapport de la génération Y à l'emploi décodé par une GenY. Aujourd'hui, on s'intéresse à leurs successeurs, la génération Z, en vous présentant le décryptage fait par le site myRHline. En préambule, le site explique que "les jeunes actuels ou futurs collaborateurs qui définissent la génération Z adoptent des comportements souvent bien différents des générations précédentes. Il s’agit pour les recruteurs de les identifier pour mieux y faire face et encourager le bon développement stratégique des entreprises par l’intégration de talents". Mais, concrètement, ça passe par quoi ?

La première chose que les employeurs doivent aujourd'hui bien avoir en tête, c'est le fait que la génération Z est en constante recherche de bien-être au travail. Concrètement, "pour les individus qui la composent, le travail n’est pas seulement un moyen de gagner de l’argent, il est surtout la base de leur épanouissement personnel. Ils ne se cachent pas de leur important besoin de reconnaissance, de la nécessité qu’ils ont à approfondir les liens relationnels au travail, ainsi que leur grand besoin de trouver du sens dans l’activité qu’ils exercent". Désormais, les recruteurs doivent donc pouvoir offrir aux candidats des solutions leur permettant de se sentir bien au travail, en solo comme au sein de l'entreprise. Il faut placer l'humain au centre de toute interaction. Par ailleurs, les employeurs doivent avoir conscience que "la génération Z est volage, comme le montre le fait qu'on l’appelle également la « génération zapping ». Les individus qui la composent ont évolué dans un monde en réseau où tout doit bouger vite et constamment. Il en va de même dans leur relation au travail. Ces collaborateurs ont tendance à se lasser rapidement et à vouloir tenter de nouvelles expériences. Il ne pensent pas sur le long terme mais recherchent une satisfaction dans l’instant".

En cela, le grand défi des entreprises va être de tenter de fidéliser cette génération, en excluant par exemple au maximum les tâches routinières et en misant sur l'innovation et l'évolution. Enfin, la liberté doit devenir une valeur clé pour les entreprises, avec une jeune génération composée d'individus particulièrement autodidactes. "Ces jeunes souhaitent sortir du cadre et rejettent tout ce qui peut les formater. On assiste à un développement massif de l’entrepreneuriat sur des projets de plus en plus créatifs et osés. Pour intégrer et conserver les talents, les entreprises devront accroître l’autonomie attribuée aux collaborateurs, les aider à voler de leurs propres ailes en fonctionnant davantage en mode projet pour répondre à ce fort besoin d’accomplissement de soi par l’émancipation". Vous l'aurez compris, il va falloir du changement en 2018 dans les entreprises

Crédit : x