Internet

Les jeunes et les contenus illégaux en ligne, quelle réalité en 2019 ?

Publié par
Céline Pastezeur
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 2 min
Les jeunes et les contenus illégaux en ligne, quelle réalité en 2019 ?

À l'heure où les jeunes de moins de 35 ans passent beaucoup de temps en ligne à consommer toutes sortes de contenus, une nouvelle enquête menée par l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) révèle que ces derniers se tournent de moins en moins vers des sources illégales.

La rédaction d'Air of melty vous en parle régulièrement, si vous cherchez la jeune génération, c'est souvent en ligne que vous la trouverez, principalement à regarder des vidéos. En cette année 2019, Netflix s'impose une nouvelle fois comme étant la marque préférée des Millennials français, ce qui atteste bien de l'amour des Millennials pour ce type de contenus. En marge de Netflix, les 18-35 ans sont aussi nombreux à visionner des vidéos quotidiennement sur Youtube, Instagram, Facebook, Snapchat ou encore TikTok. C'est ce qu'a montré une récente étude dévoilée par Adweek et basée sur des données signées Whistle, en révélant notamment que 78% des Z et 70% des Millennials visionnent des contenus chaque jour sur YouTube. Rien que ça ! En parallèle de toutes ces données, on sait que la jeune génération est celle qui est habituellement la plus active en matière d'utilisation de sources illégales de contenu numérique. Le streaming et le téléchargement illégal, cela fait partie de la vie des moins de 35 ans. Mais est-ce toujours réellement le cas aujourd'hui ? Le Tableau de bord sur les jeunes et la PI de 2019 publié par l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) montre que, non, pas forcément ! En réalité, plus de la moitié des jeunes en Europe évitent désormais les sources illégales de contenu numérique.

Les jeunes et les contenus illégaux en ligne, quelle réalité en 2019 ?

En cette année 2019, 51% des jeunes Européens âgés de 15 à 24 ans déclarent ne pas avoir utilisé, lu, téléchargé ou diffusé de contenu provenant de sources illégales au cours des 12 derniers mois. À titre de comparaison, la dernière étude de ce type menée par l’EUIPO, en 2016, avait montré que seuls 40% des jeunes évitaient d’utiliser des sources illégales de contenu numérique. Une tendance semble donc en marche. L’enquête révèle également une diminution du pourcentage de jeunes qui utilisent intentionnellement des sources illégales de contenu numérique, telles que la musique, les films, les séries et les jeux: 21% en 2019 contre 25% en 2016. Les résultats suggèrent que cette réduction pourrait être liée à "l’offre et à l’accessibilité croissantes d’abonnements à des services proposant des contenus numériques". Ainsi, 22% des personnes interrogées déclarent être prêtes à payer pour de tels services s’ils sont abordables, soit une hausse de 9 points de pourcentage par rapport à 2016. Aussi, selon le rapport, les jeunes Européens sont de plus en plus conscients des risques potentiels qu’ils courent en ligne en matière de sécurité et de l’importance de respecter la loi lorsqu’ils accèdent à des contenus numériques (musique, films ou séries). En France, spécifiquement, on notera que 24% des jeunes de 15 à 24 ans interrogés déclarent avoir accédé intentionnellement à des contenus numériques provenant de sources illégales au cours des 12 derniers mois, contre 34% en 2016 (soit une baisse de 10 points de pourcentage). Aussi, seuls 10% des jeunes déclarent avoir acheté intentionnellement des produits de contrefaçon en France, contre 11% en 2016.

Inscrivez-vous à la newsletter !
Encore plus de contenus
TikTok

TikTok lance son tout premier smartphone

TikTok, une référence toujours plus incontournable pour la jeune génération ? C'est ce que l'on peut penser à la vue de la dernière annonce en date de l'application chinoise : la firme, en collaboration avec Smartisan, lance son tout premier smartphone. De quoi faire de TikTok bien plus qu'une simple appli.

TikTok lance son tout premier smartphone
Les jeunes et les contenus illégaux en ligne, quelle réalité en 2019 ?
Pixel de tracking