Mobile

Mobile : Pumpkin, "Storytelling, usage et fun, les clés de notre communication pour toucher les jeunes" (EXCLU)

Publié par
Céline Pastezeur
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 4 min
Pumpkin a tout compris aux attentes de la jeune génération.

Si vous vous demandez encore ce que font les moins de 35 ans sur leur mobile, la réponse est simple : tout. Et, notamment, la jeune génération est de plus en plus encline à payer via son smartphone. Surfant parfaitement sur cette tendance, l'application mobile de paiements Pumpkin est en plein essor. Hugo Sallé de Chou, co-fondateur de la plateforme, a accepté de répondre à nos questions.

Vous le savez, la rédaction d'Air of melty vous présente régulièrement différentes applications susceptibles de trouver leur place dans le quotidien de la jeune génération, au même titre que Snapchat, Instagram, Tinder et compagnie. Après vous avoir parlé de Mastodon, le nouveau réseau social qui pourrait faire mal à Twitter ou encore Fruitz, une appli dating qui promet de vitaminer les rencontres des jeunes, on s'intéresse à une appli mobile de paiements et de remboursements qui cumule les bons points auprès de la jeune génération. Hugo Sallé de Chou, co-fondateur de Pumpkin, nous parle de ce qui fait la particularité de sa plateforme.

Pumpkin a tout compris aux attentes de la jeune génération.

-Air of melty : Pouvez-nous présenter le concept de Pumpkin et quel a été le déclic pour créer une telle plateforme ? Le constat d'un manque sur le marché des apps ?

Hugo Sallé de Chou, co-fondateur de Pumpkin : Pumpkin est une application mobile de paiements et de remboursements entre particuliers. Nous avons lancé l’application en septembre 2014 alors que nous étions trois jeunes diplômés. Constantin et moi avions tous les deux découverts le paiement mobile alors que nous bossions à l’étranger, respectivement au Kenya et en Californie (US). À notre retour en France, nous avons constaté que le paiement mobile n’existait pas et que les solutions disponibles pour les échanges d’argent entre particuliers étaient complexes et obsolètes (virements et liquide inclus !). On a ensuite rencontré Victor, développeur mobile et fan de sécurité informatique qui nous a rejoint en tant qu’associé. En quelques mois seulement, l’application a réuni des milliers d’utilisateurs qui l’utilisent quotidiennement entre amis, en famille et au bureau. Les cas d’usages sont variés : frais de colocs, apéro, weekend en amis, argent de poche, covoiturage, sorties, pause dej, etc.

-Air of melty : Vous affichez l'ambition de devenir le "réseau social du paiement". Pouvez-vous nous en dire plus ? En quoi la plateforme a-t-elle les atouts en main pour séduire les jeunes, premiers utilisateurs de réseaux sociaux en tout genre ?

H.SdC : Sur Pumpkin on "partage" ses bons moments. C’est notre baseline et on joue justement sur le double sens du verbe partager. C’est d’un côté l’idée de répartir des frais, de diviser la note, donc de rembourser la personne qui avance pour les autres. Et de l’autre côté le fait de mettre en avant du contenu personnel comme on le fait sur les autres réseaux sociaux. On passe un bon moment entre amis, et ensuite, au lieu de poster une photo ou une story, on se rembourse ce qu’on se doit en ajoutant à la transaction un petit commentaire décalé que l’on peut justement partager avec sa communauté.

L'équipe de Pumpkin au travail.

-Air of melty : Avez-vous des informations précises sur le type de remboursements effectués via l'app : contexte, somme, relation entre les utilisateurs ?

H.SdC : Oui, il y a des stats intéressantes : par exemple, nos utilisateurs ont en moyenne 40 amis sur Pumpkin. Ils font en moyenne 5 transactions par mois de 21€ en moyenne. Les transactions en question vont de quelques centimes à plusieurs centaines d’euro, pour un loyer par exemple. Il y a 1/3 de « demandes » et 2/3 de paiements directs. Enfin, les causes sont diverses : sorties (bars, cinéma, diners, apéros, etc), déjeuner, covoiturage, cadeaux, weekend entre amis, frais de colocation, etc.

-Air of melty : Vous avez misé sur une vidéo virale qui a très bien fonctionné il y a quelques semaines. Pouvez-vous nous en dire plus sur la manière dont vous communiquez auprès de la jeune génération ? Quelle est la clé pour engager les Millennials ?

H.SdC : Quand nous avons commencé Pumpkin, nous avions entre 23 et 25 ans et les utilisateurs étaient nos potes et leurs potes. Nous avons testé plein de type de contenu différent pour faire connaître l’application et engager toujours plus de monde. Au final, nous avons retenu trois types de contenu : 1/ le story telling : c’est quand on raconte notre histoire, nos victoires, nos enjeux, qu’on laisse entrevoir le back-stage, qu’on décrypte notre environnement, notre produit, etc. Notre communauté suit notre histoire de très près et se l’approprie. Finalement c’est comme si on était tous resté une grande bande de pote élargie, il y a une vraie proximité; 2/ l’usage : tout le monde a déjà entendu parler de paiement mobile. Mais rares sont les personnes qui s’en sont déjà servi ou qui l’utilise régulièrement. Ça reste un sujet assez abstrait et les avantages qu’ils représentent sont souvent méconnus. Notre boulot, c’est "d’évangéliser", en d’autres termes, expliquer à quoi ça sert et pourquoi c’est bien ou mieux. Pour ça, on décrit des cas d’usages, on fait des mises en situation, on donne du contexte; 3/ le fun : par essence, le paiement n’est pas un sujet drôle, ce n’est pas non plus un sujet passionnant pour le grand public. Le but est de créer une émotion forte car c’est ça ce qui engage le plus. Les émotions se partagent et c’est sans doute encore plus vrai sur les réseaux sociaux. Dans la vidéo en question, nous avons mixé ces trois éléments. Elle raconte l’origine de Pumpkin, le pourquoi, elle décrit des cas d’usages très commun et le tout est très humoristique. Le résultat est très efficace : 4 000 partages en deux jours qui génèrent 400 000 vues sur Facebook uniquement.

-Air of melty : Quel est le modèle économique de l'application ?

H.SdC : Pour les particuliers, tout est gratuit : l’inscription, les transactions, virer l’argent sur son compte. Nous sommes dans une phase de recrutement d’utilisateurs et notre objectif est qu’ils soient le plus nombreux possible. Actuellement, c’est plus de 500 nouvelles personnes qui s’inscrivent chaque jour. Nous commercialisons parallèlement une solution d’encaissement à destination des professionnels et associations. Ça s’appelle Pumpkin Event.

-Air of melty : Quelle est votre ambition pour 2017 ?

H.SdC : Notre communauté d’utilisateurs double tous les six mois. Nous entendons garder ce rythme de croissance et cela devient sans cesse un plus grand challenge. La nouveauté de 2017 est que nous avons une approche beaucoup plus locale. Nous nous rendons physiquement dans toutes les villes de France pour faire connaître l’application à de nouveaux utilisateurs. Nous sommes partenaires de beaucoup de campus et présents sur des centaines d’événements. Nous sommes au tout début d’une nouvelle ère, les habitudes sont en train de changer et Pumpkin est l’un des moteurs de cette transformation.

Inscrivez-vous à la newsletter !
À lire aussi
Mobile : Gabsee, "On permet aux utilisateurs de s'exprimer pleinement à travers des avatars en réalité augmentée" (EXCLU)
À lire aussi
Mobile : Fruitz, "L'appli permet aux utilisateurs de vite savoir si leurs intentions sont réciproques" (EXCLU)
À lire aussi
Mobile : Clap de fin définitif pour l'appli à potins phénomène Gossip ?
Encore plus de contenus
Marketing il y a 2 jours

6 conseils pour réussir vos campagnes d'influence en 2020

En cette année 2020, le marketing d'influence dispose d'une grande puissance pour toucher la cible des 18-35 ans. Mais encore faut-il savoir comment créer une bonne campagne avec des influenceurs. Hivency et Agorapulse dévoilent quelques conseils bien utiles.

6 conseils pour réussir vos campagnes d'influence en 2020
Mobile : Pumpkin, "Storytelling, usage et fun, les clés de notre communication pour toucher les jeunes" (EXCLU)
Pixel de tracking