Marketing

Quel est le réel impact des confinements sur le secteur de la beauté ?

Publié par
Céline Pastezeur
, le .
Temps de lecture : ~ 2 min
Quel est le réel impact des confinements sur le secteur de la beauté ?

Les Millennials continuent-ils à prendre soin d'eux en période de confinement ou renoncent-ils à l'achat de maquillage, crèmes et soins en tout genre ? Pour répondre à cette question, l'appli de cashback Joko a analysé l'évolution des dépenses de ses utilisateurs au cours des deux confinements.

Il y a quelques mois, on se demandait si la crise sanitaire avait tué le maquillage pour la jeune génération. Depuis le printemps 2020, le port du masque est devenu une nouvelle habitude à intégrer pour tous les Français, quel que soit leur âge. De quoi inciter les plus jeunes à renoncer à se mettre du rouge à lèvres et du fond de teint sous le masque ? Pas forcément. Ou, en tout cas, des marques comme Lush, Yves Rocher et Sephora continuent de susciter l'intérêt des Millennials, à en croire une récente étude menée par YouGov. Aujourd'hui, c'est une étude menée par Joko, l'application qui révolutionne le cashback et dont le coeur de cible est les 18-30 ans, qui fait le point sur le sujet en s'intéressant à l'impact des deux confinements sur les dépenses beauté de ses utilisateurs. L’étude se base uniquement sur les données bancaires agrégées et anonymisées de 200 000 utilisateurs Joko, avec des dépenses effectuées par carte bancaire, en ligne ou en magasin. Dans un premier temps, Joko révèle que, "comme la grande majorité des secteurs, la beauté n'a pas échappé à quelques chamboulements du fait de la crise du Covid-19. Les ventes ont baissé de 70% pendant le premier confinement par rapport à début janvier 2020, toutes enseignes confondues". Plus précisément, au cours du premier confinement, les retailers comme Sephora, Yves Rocher et Nocibé ont vu leur chiffre d’affaires drastiquement baisser tandis que les ventes des pure players Beauteprivee et Aroma-Zone ont, elles, explosé. Mais qu'en est-il pour ce deuxième confinement ?

Quel est le réel impact des confinements sur le secteur de la beauté ?
Crédit : joko

Pour cette nouvelle période de confinement, explique Joko, Nocibé prend la deuxième place (habituellement troisième) des enseignes où les 18-30 ans dépensent le plus. De son côté, Sephora relève le pari du click & collect et conserve la tête du classement même pendant cette période. Enfin, Aroma-Zone profite d'une nouvelle remontée en se hissant à la troisième place du podium (habituellement cinquième). Et ce n'est pas le seul changement qui marque ce reconfinement : "malgré de nombreuses similitudes avec le premier confinement (télétravail, fermeture des magasins, etc.), l'évolution croissante du panier moyen des Français chez les enseignes de beauté renvoie un signal quelque peu positif ! Il atteint 44,6€ sur ces deux premières semaines de confinement, soit une hausse de 5% comparé à celui constaté pendant l'ensemble du premier confinement. La fermeture des magasins n'aura pas réussi cette fois à décourager les clients de s'apprêter et de continuer à prendre soin d'eux, même si les habitudes de consommation du make-up ont évolué depuis". Ou alors, peut-être que les clients ont d'ores et déjà à commencé à préparer leurs cadeaux de Noël ? En tout cas, une chose est sûre : les Français dépensent davantage que lors du premier confinement et c'est une bonne nouvelle pour les enseignes de cosmétiques. Cette fois, c'est sûr, le secteur de la beauté n'est pas mort, loin de là !

Inscrivez-vous à la newsletter !
À lire aussi
Marketing Day 2020, "Les marques devraient être comme des amis pour les consommateurs" (REPORTAGE)
À lire aussi
Fanta dévoile sa nouvelle saveur mystère après des mois de suspense
À lire aussi
Quel est le réel impact des confinements sur le secteur du bricolage ?
À lire aussi
leboncoin, SeLoger, stéphaneplaza immobilier, quelles sont les marques de l'immobilier qui séduisent les Millennials ?
À lire aussi
Lush, Yves Rocher, Sephora, quelles sont les marques beauté qui suscitent le plus d'intérêt chez les Millennials ?
Encore plus de contenus
Marketing il y a 3 jours

Prisma Media x Storymind, “55% des 18-34 ans se sentent plutôt différents des gens de leur génération” (EXCLU)

Comprendre la jeune génération en cette fin d’année 2020, qu’est-ce que ça veut réellement dire ? Marine Grémy, Directrice Marketing Insight PMS Femmes-International et Jean-Emmanuel Cortade de la Saussay, Fondateur de Storymind, nous présentent les résultats d’une étude menée auprès des 18-35 ans avant et après le premier confinement pour mieux cerner leur état d’esprit du moment, leurs priorités et leurs envies.

Prisma Media x Storymind, “55% des 18-34 ans se sentent plutôt différents des gens de leur génération” (EXCLU)
Quel est le réel impact des confinements sur le secteur de la beauté ?
Pixel de tracking