Rakuten lance un Institute of Technology à Paris et s’associe aux universités françaises

Rakuten a racheté Viber la semaine passée et nourrit de grandes ambitions.
Ecrit par

Paris a gagné le duel. Rakuten vient d’installer les bureaux de son premier centre de recherche et développement européen à Paris et, dans le même temps, a affirmé avoir lancé des partenariats avec des universités françaises.

Rakuten, le géant japonais du commerce électronique, vient d’annoncer l’ouverture de son tout premier centre de Recherche & Développement européen à Paris, dans les locaux parisiens de Primeminister, le site de e-commerce racheté en 2009. Dirigé par Laurent Ach, spécialiste des interfaces utilisateurs, il regroupera 5 ingénieurs chargés de travailler sur la connexion entre les magasins physiques et les services en ligne ainsi que sur les nouveaux modes d’interactions, le but étant de concevoir de nouvelles technologies exploitables par les e-commerçants. La capitale française a été préférée à Londres pour l’implantation de ce nouveau centre, avec des antennes existant déjà à Tokyo et Boston. Au total, le Rakuten Institute of Technology comprend déjà 50 personnes, et en accueillera bien davantage puisque le RIT parisien promet d’accueillir jusqu’à 20 ingénieurs avant 2015.

Des ingénieurs qui pourraient bien sortir tout droit d’universités françaises, puisque le centre de recherche de Rakuten affirme avoir commencé à s’associer à certaines d’entre elles. "Le RIT collabore avec des universités à Tokyo et à New York sur certains projets et nous commençons aussi à établir des partenariats à Paris avec des universités et d’autres sociétés mais je ne peux pas donner plus de précisions pour le moment", a confié Laurent Ash, directeur de l’établissement, au site Frenchweb. Hiroshi Mikitani, patron de Rakuten qui a racheté Viber vendredi dernier pour 900 millions de dollars, comme airofmelty.com vous l'a dit, faisait partie de la trentaine de patrons reçus lundi matin à l’Elysée à l’occasion d’un "Conseil de l’attractivité".

Source : AFP / Frenchweb - Crédit : AFP