Marketing

Print, digital, dépenses, 3 mythes à oublier d'urgence concernant les Millennials

Publié par
Céline Pastezeur
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 2 min
Des mythes à oublier pour repenser votre stratégie marketing !

Après avoir lu des centaines d'articles sur la jeune génération, vous pensiez tout connaître d'elle ? Erreur, celle-ci est encore marquée par trop d'idées reçues qui ne correspondent pas à sa réalité. La preuve avec mythes à oublier de toute urgence, concernant le rapport des moins de 35 ans au print, au digital et aux dépenses.

Vous le savez si vous nous lisez régulièrement, la mission d'Air of melty au quotidien est de vous aider à toujours mieux cerner la jeune génération. Dans cette optique, nous démontons régulièrement les clichés qui concernent cette cible, qu'il s'agisse de la génération Z ou de la génération Y. Ainsi, en septembre dernier, nous vous présentions 6 idées reçues à oublier au sujet des jeunes, entre ultra-connexion, autorité et individualisme. Aussi, il y a quelques semaines, nous vous parlions du fait que la fabrique de la cité balayait les clichés concernant les Millennials en allant jusqu'à traiter cette génération de légende urbaine. Aujourd'hui, c'est le site Target Marketing qui a à cœur de détruire 3 idées reçues qui sont trop souvent traitées comme des réalités par les marketeurs visant la jeune génération. Le premier mythe à oublier d'urgence, c'est le fait que "les Millennials ignorent le print". Une récente étude signée LaunchLeap le montrait en ce mois de mars, les jeunes sont en recherche de simplicité et de fluidité en matière de publicité aujourd'hui. Deux éléments qu'ils peuvent retrouver dans les médias traditionnels, qu'ils continuent de consommer. Et cela inclue le print. Parce que, non, il n'y a pas que le digital dans la vie, même celle des jeunes !

Les Millennials ne sont pas tels que vous le croyez...

C'est un fait la nature même de l'imprimé publicitaire crée une impression plus profonde dans le cerveau que tout contenu non-physique, tel qu'un message digital. "Un contenu délivré en format papier est plus stimulant qu'un contenu délivré dans une forme virtuelle ou digitale. C'est aussi une réalité auprès des Millennials". D'ailleurs, c'est prouvé, les moins de 35 ans raffolent des coupons papier. Ainsi, selon le site, 49% d'entre eux ont emmené des coupons imprimés en magasin avec eux au cours des 30 derniers jours. Qu'on se le dise, les marques ne doivent en aucun cas miser sur une campagne soit tout digital soit tout print. Le tout digital n'est pas conseillé car le mythe selon lequel les moins de 35 ans "s'engagent uniquement dans un environnement digital" ne tient plus non plus. Comme l'explique le site, si les Millennials comptent effectivement beaucoup sur la technologie, près de la moitié des jeunes ignoreraient les emails et la publicité digitale aujourd'hui, contre 15% pour la publicité imprimée. Mais si vous devez aujourd'hui miser sur le digital, c'est surtout sur Facebook que tout se passe, sachez-le ! Enfin, le dernier cliché à renier concernant la jeune génération en 2017, c'est le fait que les "Millennials dépensent sans compter et sans faire attention". En réalité, cette cible est la plus attentive en matière de dépenses ! Très adeptes des coupons en tout genre et des offres en général, les jeunes sont à la recherche des meilleurs plans possibles en matière d'achat. Plus que jamais, vous l'aurez compris, les Millennials sont maîtres de leur parcours d'achat et de leur rapport aux marques. A vous de le gérer.

Inscrivez-vous à la newsletter !
À lire aussi
Data, mobile, marketing d'influence, le top 10 des tendances à surveiller en Digital Marketing en 2017
À lire aussi
Les "Social Media Stars" comme nouvelles célébrités préférées des Millennials, tendance confirmée
À lire aussi
Social Media, attentes, achats, comment séduire et engager les Millennials en mode international ?
À lire aussi
Instantanéité, innovation, shopping social, 3 pratiques d'achat de la génération Z
À lire aussi
Les Millennials, une génération de foodtech addicts oscillant entre healthy et petits plaisirs
Encore plus de contenus
Marketing il y a 8 heures

Quel est le réel impact des confinements sur le secteur du bricolage ?

Lors du premier confinement, de nombreux Français ont misé sur le bricolage pour occuper leurs journées. Est-ce une nouvelle fois le cas lors de ce deuxième confinement ? Et quelles sont les enseignes qu'ils priviélgient ? Pour répondre à ces questions, l'appli de cashback Joko a analysé l'évolution des dépenses de ses utilisateurs au cours des deux confinements.

Quel est le réel impact des confinements sur le secteur du bricolage ?
Print, digital, dépenses, 3 mythes à oublier d'urgence concernant les Millennials
Pixel de tracking