Snapchat : Nouveau Celebgate en vue, le sexe 2.0 de la Génération Y toujours au cœur des préoccupations

Bientôt un nouveau scandale ?
Ecrit par

Depuis un mois, le Celebgate agite la sphère Internet. A l’origine, des clichés de stars dénudées ont été volés sur les serveurs Cloud. Aujourd’hui, l’affaire prend un nouveau tournant, avec un deuxième service piraté : Snapchat, plateforme fortement marquée par des échanges sexy voire sexuels de la part de la génération Y. Nouveau scandale en vue ? Décryptage par ici.

Le mois dernier, Air of melty vous décryptait le Celebgate, alias les selfies de stars nues volées, symptomatiques d’une génération Y adepte du sexe 2.0. Le scandale, éclaté aux Etats-Unis avec des photos de stars comme Jennifer Lawrence, Rihanna ou encore Kim Kardashian volées, a mis en lumière les risques désormais pris par les jeunes qui vivent une part de leur sexualité à travers la technologie : sexting, aftersex ou encore sexcam sont des pratiques qui sont nées avec l’ère d’Internet et les jeunes, justement tellement impliqués dans cette culture du net, n’ont pas toujours le recul nécessaire pour savoir ce qu’il advient de ces clichés ou images envoyés. Pourtant, nombreux sont ceux qui semblent craindre le stockage de ces images. C’est ainsi que, comme nous vous en avons déjà parlé, 55% des jeunes réclameraient toujours plus de services de partage éphémères, selon une étude menée par The Cassandra Report. Très logiquement, Snapchat, qui permet l’échange de photos effacées en quelques secondes, est donc devenu depuis quelques temps (depuis ses débuts en fait), un service d’échange hautement sexuel entre jeunes. Mais aujourd’hui, le service vit un coup dur.

Alors que Snapchat avait fait de la confidentialité intrinsèque des données sa force, grâce à leur effacement automatique, on apprend aujourd’hui que plus de 200 000 photos et vidéos échangées au travers de ce service ont été volées, et qu’elles sont en train d’être publiées sur la Toile. C’est en tous les cas ce qu’affirment des hackers sur le forum 4chan. En guise de preuve, ils ont déjà fourni un petit nombre d’images de personnes très légèrement vêtues. D’après les messages sur 4chan, les hackers ont d’abord tenté de tout mettre sur un site web dédié (viralpop.com/snapsaved), mais celui-ci est devenu désormais inaccessible. Depuis, ils cherchent à les publier sous forme de fichiers torrent. Selon des spécialistes du sujet, ce ne seraient pas les serveurs de Snapchat qui auraient été piratés, mais ceux d’un service tiers permettant aux utilisateurs de sauvegarder les images et les vidéos reçues sans que l’expéditeur le sache pour autant.

Snapchat n’a pas tardé à réagir face à ce début de polémique. Un responsable de l'entreprise a ainsi déclaré au site VentureBeat que "les serveurs de Snapchat n'avaient pas été pénétrés et n'étaient pas la source de ces fuites. Ces snapchatteurs ont été victimes de l'utilisation d'applications de tierce-partie pour envoyer et recevoir des snaps". Il est important de noter que, si la sexualité des jeunes passe beaucoup par la technologie, comme Snapchat, cela ne signifie pas pour autant qu’elle passe par une médiatisation revendiquée. En effet, les piratages récents montrent bien que les images volées n’étaient pas destinées à être rendues publiques. Simplement, avec une sexualité de plus en plus émancipée et une pratique intense de l’internet mobile, les jeunes ont plus tendance à favoriser ces différentes pratiques, en en oubliant parfois les conséquences malheureuses, en cas de piratage.

Crédit : wat, X