Microsoft attaque Samsung pour non-respect d’un accord de licence

Microsoft veut faire valoir ses droits auprès de Samsung !
Ecrit par

Microsoft vient de porter plainte contre Samsung pour violation d’un accord de licence qui unit les deux sociétés depuis 2011. Un accord de licence qui prévoyait le paiement de redevances par Samsung pour l’usage de brevets Microsoft présents dans Android, mais qui n’a pas été respecté en temps et en heure par le géant coréen.

La dernière fois qu’Air of melty vous a parlé de Microsoft, c’était pour vous annoncer que, lors de l’E3, Sony et Microsoft ont multiplié les annonces et étoffé leur catalogue pour attirer toujours plus les 18-30 ans. Aujourd’hui, c’est une nouvelle beaucoup moins joyeuse (et beaucoup moins joueuse) qui met la firme américaine sur le devant de la scène. C’est du côté des tribunaux que cette dernière a décidé de se montrer très active, puisque Microsoft vient d’assigner Samsung en justice aux Etats-Unis, afin d’obtenir le respect d’un accord de licence conclu en 2011 et que le géant coréen n’honore plus. L’accord de licence en question prévoie le paiement de redevances par Samsung pour l’usage de brevets Microsoft présents dans Android, comme l’a expliqué David Howard, avocat général adjoint de Microsoft, dans un billet de blog publié vendredi dernier.

Si la plainte de Microsoft contre Samsung a officiellement été déposée le 1er août dernier devant un tribunal new-yorkais, David Howard a tout de même tenu à rappeler que les deux entreprises sont des partenaires de longue date et que Microsoft souhaite simplement faire valoir son bon droit. Cette plainte est la première procédure judiciaire engagée par Microsoft contre Samsung au niveau mondial, selon les dires d’une source proche du dossier. Selon l’AFP, qui a pu consulter une copie du document, Microsoft accuse le groupe sud-coréen de ne pas avoir honoré en temps et en heure un paiement initialement prévu à l’automne dernier. Depuis, Samsung a payé ses redevances mais a refusé de verser des indemnités pour son retard de paiement. Pour Microsoft, c’est simple, Samsung aurait "utilisé l'acquisition (du fabricant de téléphones portables Nokia) comme une excuse pour rompre son contrat". De son côté, une porte-parole de Samsung aux Etats-Unis, contactée par l'AFP, a simplement déclaré que sa firme allait "examiner la plainte en détail et déterminer les mesures adéquates pour y répondre". Le duel ne fait donc que commencer…

Crédit : X