Publicité

Publicité : L'AdBlocking mobile, une menace non existante en France ?

Publié par
Céline Pastezeur
, le .
Temps de lecture : ~ 1 min
Alerte aux adblockers !

On vous le répète chaque jour ou presque, les jeunes ne veulent aujourd'hui plus se laisser envahir par la publicité en ligne. Nombreux sont alors ceux qui décident de bloquer cette publicité. On connait l'ampleur du phénomène sur le desktop. Mais quid du mobile ?

Chaque semaine, ou presque, la question revient sur la table : à quel point les logiciels bloquant la publicité en ligne changent-ils le jeu de la publicité aujourd'hui ? Que l'on considère l'AdBlocking comme une bénédiction pour la publicité invitant les acteurs du marché à faire preuve de plus d'imagination et de compréhension du public, ou qu'on la juge comme étant un fléau, c'est une réalité, ces logiciel font désormais partie du quotidien de la jeune génération, qui sont près de 50% à se tourner vers ce genre de solution pour échapper à une publicité qu'ils jugent trop intrusive et pas assez pertinente, avec une conséquence directe pour les annonceurs. La rédaction d'Air of melty vous en a déjà parlé, les AdBlockers pourraient être responsables d'une perte encore plus forte cette année qu'en 2015 sur le marché de la publicité online, avec des chiffres qui pourraient atteindre 28 milliards de dollars...et une arrivée sur le mobile qui pourrait conduire à des chiffres encore plus inquiétants dans les prochaines années. Heureusement, aujourd'hui, un rapport signé PageFair se veut plutôt rassurant à ce sujet.

Les adblockers débarquent sur le mobile !

Aujourd'hui, 419 millions d'utilisateurs dans le monde bloqueraient la diffusion de publicités sur leur mobile chaque mois, soit 22% des détenteurs de smartphones. "Dans les faits, la quasi intégralité de l'adblocking mobile s'opère depuis les "navigateurs adblockers". Ces navigateurs qui bloquent les publicités ont séduit 408 millions d'utilisateurs en mars 2016", dont "seulement" 14 millions en Europe (1,3 millions en France). Un taux d'adoption faible qui s'explique, selon l'institut, par l'accessibilité des forfaits data dans les pays développés. "Les mobinautes bloquent moins les publicités pour leur côté intrusif que pour leur lourdeur en matière de data", explique Pagefair. En Asie, les mobinautes à adopter des Adblockers sont donc plus nombreux car ils cherchent à faire des économies. Mais la menace dépasse aujourd'hui les navigateurs adblockers : les applications d'AdBlocking, permettant de bloquer les publicités dans Safari, se développent également. "Mais sept mois après la décision d'Apple d'ouvrir ses portes aux applications d'adblocking, seuls 4,5 millions de téléchargement ont été réalisés", rassure le Journal du Net. Que l'on se rassure donc, si le web mobile est aujourd'hui menacé par les AdBlockers, les applications restent pour le moment épargnées.

Inscrivez-vous à la newsletter !
À lire aussi
"Ad Blocking, Ad Loving", Starcom cherche à réconcilier les jeunes internautes et la publicité en ligne
À lire aussi
AdBlockers : 28 milliards de perte pour les annonceurs à l'horizon 2020 ?
À lire aussi
Publicité : Google lance de nouveaux formats publicitaires sur le search mobile
À lire aussi
Publicité : DoubleClick fait débarquer le Native Advertising sur tous les écrans
À lire aussi
Publicité vidéo : La jeune génération confirme son attirance pour la micro-publicité
Encore plus de contenus
Publicité : L'AdBlocking mobile, une menace non existante en France ?
Pixel de tracking