Publicité

AdBlockers : 28 milliards de perte pour les annonceurs à l'horizon 2020 ?

Publié par
Céline Pastezeur
, le .
Temps de lecture : ~ 2 min
Les dangers des AdBlocks décryptés !

Quatre ans pour changer la donne, le compte à rebours est lancé ! A l'heure où les logiciels bloquant la publicité s'invitent désormais peu à peu sur le mobile, il est plus que temps pour les éditeurs et les annonceurs de trouver des solutions de repli. Sinon, le manque à gagner sera considérable...

Chaque semaine, ou presque, le sujet revient sur la table : à quel point les AdBlockers changent-ils le jeu de la publicité ? Que l'on considère l'AdBlocking comme une bénédiction pour la publicité invitant les acteurs du marché à faire preuve de plus d'imagination et de compréhension du public, ou qu'on la juge comme étant un fléau, c'est une réalité, les logiciels bloquant la publicité en ligne font partie du quotidien de la jeune génération, avec une conséquence directe pour les annonceurs. La rédaction d'Air of melty vous en a déjà parlé, les AdBlockers pourraient être responsables d'une perte encore plus forte cette année qu'en 2015 sur le marché de la publicité online, avec près de la moitié des internautes de moins de 35 ans se tournant vers ce genre de solution pour échapper à une publicité qu'il juge trop peu pertinente et abusivement intrusive. Et, bien que les acteurs du marché s'évertuent à trouver des solutions, comme au travers de l'opération anti-AdBlocks menée par le GESTE, le moins que l'on puisse prédire, c'est que la situation risque de ne pas s'arranger. En effet, d'ici 2020, le manque à gagner pour les éditeurs devrait avoisiner les 28 milliards de dollars.

Les AdBlockers dans le viseur !

Nous vous en parlions il y a quelques semaines, à l'occasion de l'opération anti-AdBlocks du GESTE, quelques médias comme Le Figaro ou encore Le Monde ont pu réfléchir à différentes options pour faire baisser le nombre de leurs lecteurs ayant recours à des AdBlockers, tout en cherchant à limiter le taux de rebond. Tant que des solutions efficaces ne sont pas trouvées, le manque à gagner pour les éditeurs en ligne va continuer à gonfler, avec des internautes de moins en moins tolérants en matière de publicité jugée intrusive. Résultat, selon une étude du cabinet Juniper Research publié en ce début de mois de mai 2016, le manque à gagner pour les éditeurs causé par les adblockers devrait se monter à 27,8 milliards de dollars d'ici 2020, soit près de 10% du marché mondial de la publicité numérique. "Si les internautes utilisent aujourd'hui ces logiciels pour bloquer la publicité pendant la navigation sur les sites internet, les bloqueurs de pub devraient aussi concerner plus largement les applications à l'avenir", prévient Juniper Research, confirmant l'arrivée des AdBlockers sur le mobile, comme nous vous avions déjà prévenu. "L'adoption est motivée par les inquiétudes des consommateurs sur l'usage de leurs données mobiles et le respect de leur vie privée. Ils sont aussi incités à adopter la technologie afin de diminuer le temps de chargement des pages", a souligné l'auteur de l'étude Sam Barker. Et cette arrivée a déjà commencé, avec Apple installant un logiciel bloqueur de pub dans son système d'exploitation mobile iOS9. Des systèmes tels que Swiper, l'appli qui veut révolutionner l'écran de verrouillage des mobiles en misant sur une publicité choisie et volontairement acceptée par ses usagers, suffiront-ils à changer la donne ? Le temps le dira !

Inscrivez-vous à la newsletter !
À lire aussi
Publicité : DoubleClick fait débarquer le Native Advertising sur tous les écrans
À lire aussi
"Ad Blocking, Ad Loving", Starcom cherche à réconcilier les jeunes internautes et la publicité en ligne
À lire aussi
Publicité : L'AdBlocking mobile, une menace non existante en France ?
À lire aussi
Publicité : Secret Media, l'atout des éditeurs en matière d'anti-adblocking ?
À lire aussi
Publicité : Google lance de nouveaux formats publicitaires sur le search mobile
Encore plus de contenus
Culture il y a 1 jour

Les jeunes et la lecture, ça matche en cet été 2020 ?

En cet été 2020, peut-on imaginer la jeune génération en train de bronzer sur la plage ou à la piscine avec un livre à la main ? C'est fort possible puisque, alors que l'on ne le penserait pas forcément, les 18-34 ans sont passionnés de lecture !

Les jeunes et la lecture, ça matche en cet été 2020 ?
AdBlockers : 28 milliards de perte pour les annonceurs à l'horizon 2020 ?
Pixel de tracking