Cannes Lions 2017 : Messenger, "Nous prévoyons d'investir massivement dans la vidéo" (EXCLU)

Ecrit par

Ce matin, Stan Chudnovsky, VP Product chez Messenger, a accepté de répondre à nos questions à l'occasion d'un petit-déjeuner célébrant l'année écoulée de l'application de messagerie de Facebook. Conseils pour les annonceurs et tendance de l'année sont au rendez-vous de cet entretien !

Les Cannes Lions 2017, ça continue ! Après vous avoir dévoilé l'interview des dirigeants de l'agence Dare.Win nous expliquant que "l'entertainment est le gros sujet de l'année", la rédaction d'Air of melty s'est, ce matin, rendu à un petit-déjeuner organisé par Facebook pour évoquer l'année écoulée de Messenger, son application de messagerie en plein essor. A cette occasion, Stan Chudnovsky, VP Product chez Messenger, nous a accordé quelques minutes pour évoquer les tendances marketing qui se font remarquer sur la plateforme.

Air of melty : Comment a évolué Messenger ces 12 derniers mois ?

Stan Chudnovsky, VP Product chez Messenger : Nous avons beaucoup grandi. Nous avons attiré plusieurs centaines de millions d'utilisateurs au cours de l'année. L'engagement sur la plate-forme a également beaucoup grandi en même temps. Et nous avons fait plusieurs lancements comme, pas plus tard que ce matin, l'annonce d'un nouveau partenariat avec Spotify pour permettre de créer des playlists dans les groupes sur Messenger. Cette nouveauté fait partie de nombreuses nouvelles fonctionnalités comme les extensions de chat, le partage de géolocalisation ou encore Messenger Day.

Air of melty : A ce sujet, quels sont les premiers retours des utilisateurs sur Messenger Day ?

S.C : Ce qu'il faut comprendre, c'est que, avant même de lancer une nouvelle fonctionnalité ou un nouvel outil, nous passons des mois à la ou le tester avec un petit groupe d'utilisateurs. S'ils n'avaient pas apprécié la nouveauté, on ne l'aurait jamais lancé au grand public. Nous avons pu penser à un lancement mondial de Messenger Day parce qu'on savait déjà que les retours de la part des utilisateurs étaient bons. Au final, on ne lance pas la grande majorité des produits que l'on teste !

Air of melty : Au sujet des chatbots, qu'est-ce qui fait la différence selon vous pour créer un bon bot sur Messenger ?

S.C : Premièrement, je dirais qu'il faut un contenu original, quelque chose que l'on peut trouver dans ce bot et nulle part ailleurs. Ensuite, il faut, selon moi, que le bot ait des éléments de personnalisation. Ce dernier doit être capable de réagir différemment en fonction de la réaction de ses utilisateurs. S'il répond la même chose où adopte le même comportement quel que soit la demande de ces derniers, c'est un échec. Troisièmement, le chatbot doit être très clair sur sa promesse : il doit faire savoir clairement à l'utilisateur ce qu'il est capable de faire pour lui ou non. Il ne doit pas prétendre pouvoir faire plus que ce qu'il peut faire en réalité.

Air of melty : Si vous aviez quelques conseils à donner aux grandes et petites marques qui veulent communiquer sur Messenger ?

S.C : La clé, c'est d'essayer différentes choses. Il faut commencer à petite dose pour voir la réaction des utilisateurs, analyser ce qu'ils aiment et ce qu'ils n'aiment pas. Il n'est pas forcément indispensable de commencer par un bot, on peut lancer plusieurs pistes et, surtout, faire en sorte d'avoir une interaction avec les utilisateurs pour bien cerner la demande envers sa marque.

Air of melty : La grande tendance de l'année 2017, c'est la vidéo. Est-ce que Messenger prévoit de développer de nouveaux outils publicitaires axés sur ce phénomène ?

S.C : Cette année, nous prévoyons effectivement d'investir massivement en matière de vidéo sur Messenger. Mais avant d'y penser d'un point de vue commercial, nous voulons tout d'abord améliorer l'expérience des utilisateurs, en misant par exemple sur les chats groupés vidéo. Pour envisager la vidéo comme un outil marketing sur la plateforme, il faut avant s'assurer que nos utilisateurs l'utilisent tous les jours. L'aspect publicitaire viendra plus tard.

Crédit : erenumerique