Snapchat piraté : L’application de partage éphémère accuse les applis tierces et invite les jeunes à la prudence

L'application est au coeur de toutes les attentions.
Ecrit par

Le service en lui-même de Snapchat n’a rien à se reprocher, telle est la conclusion des dirigeants de la firme après le scandale qui a frappé l’application de partage de photos ce weekend. Alors que le service de partage de photos éphémères est l’un des terrains de jeu privilégié des jeunes pour s’échanger des clichés sensuels, plus de 200 000 photos intimes auraient été piratées.

Air of melty vous en a parlé samedi, un nouveau CelebGate est en vue, à cause de photos de jeunes dénudées volées sur Snapchat, l’application de partages de photos et vidéos éphémères tant appréciée par les jeunes. Nous vous l’avons déjà dit, à l’heure où la génération Y est une génération connectée en permanence ou presque, sexting, aftersex ou encore sexcam sont des pratiques qui sont nées avec l’ère d’Internet et qui se sont étendues avec le développement d’applications de messagerie éphémère, permettant (censément) d’effacer toute trace de ces échanges sensuels. C’est ainsi, plutôt logiquement, que Snapchat, qui permet l’échange de photos effacées en quelques secondes, est donc devenu en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, un service d’échange hautement sexuel entre jeunes. Mais aujourd’hui, le service vit un coup dur, avec plus de 200 000 photos intimes qui auraient été piratées et menaceraient d’apparaître sur la toile.

En fin de semaine dernière, des spécialistes du sujet estimaient que les serveurs de Snapchat n’avaient pas été directement piratés et évoquaient plutôt la responsabilité d’un service tiers permettant aux utilisateurs de sauvegarder les images et les vidéos reçues sans que l’expéditeur le sache pour autant. Ce weekend, un porte-parole de Snapchat a expliqué que la responsabilité de ces fuites reposait sur "l’utilisation d’applications tierces", en ajoutant que cette pratique est "formellement interdite dans nos conditions d’utilisation, justement parce que cela remet en question la sécurité de nos utilisateurs". A travers ce message clair et direct, la firme rejette la faute sur les éditeurs de ces applis tierces ainsi que sur ses clients.

Cela étant dit, les dirigeants de l’application mettent actuellement tout en œuvre pour retirer ces applications portant préjudice à son service. "Nous surveillons de près l’App Store et Google Play pour repérer des applications tierces illégales et avons déjà réussi à en faire retirer plusieurs", a ainsi déclaré le porte-parole de Snapchat, qui se lance dans la publicité. Parmi ces apps, le site 01net.com a remarqué que SnapSaved, l’une des applications impliquées dans ce nouveau scandale, a effectivement disparu de l'AppleStore, même si SnapKeep, une autre application mise en cause, était toujours disponible ce lundi matin. Affaire à suivre.

Crédit : X, wat, huffingtonpost.com