Comment la génération Z influence-t-elle le marché du retail ?

Ecrit par

Si les Millennials restent encore aujourd'hui au coeur des préoccupations des retailers, c'est un fait, leurs successeurs attirent eux aussi l'attention sur eux : la génération Z débarque en force, avec des attentes particulières à l'égard des marques. On fait le point avec une étude signée du cabinet de notation Fitch.

Vous pensiez bien connaître la génération Z ? Et pourtant, elle a encore bien des choses à vous apprendre ! A ce sujet, il y a quelques semaines, la rédaction d'Air of melty vous dévoilait quelques astuces pour attirer et fidéliser la génération Z en entreprise. Plus récemment, nous vous expliquions aussi comment fidéliser la génération Z auprès de votre marque, entre influence des pairs et notion d'expérience à privilégier. Aujourd'hui, c'est au tour du site Cegid de se focaliser sur cette cible en présentant les caractéristiques de ces 14-22 ans qui ont "grandi avec Internet, un smartphone à la main et une tablette à proximité", des facteurs qui influencent forcément leur rapport aux marques. Pour ce faire, le site s'appuie sur un rapport publié par le cabinet de notation Fitch et qui arrive à une conclusion sans appel : "les anciennes règles du retail ne s’appliquent plus à la génération Z". Alors, comment les enseignes doivent-elles s'y prendre aujourd'hui pour séduire cette cible si exigeante ? Réponse tout de suite !

génération z, founders, mtv, journal du net

Dans un premier temps, comme nous vous en avons déjà parlé il y a quelques mois, pour rester en accord avec la génération Z, le monde du retail doit continuer à miser sur les magasins physiques. En effet, selon une étude menée en début d'année par IBM, 98 % des membres de la génération Z effectuent régulièrement des achats en points de vente. Un constat qu’explique Fitch par le rapport à l’achat très différent qu’ont ces jeunes, avec "un temps entre le premier contact avec un produit et l’achat qui s’allonge considérablement avec ces nouveaux digital natives". On vous en a déjà parlé, les plus jeunes ne se lancent pas dans des achats impulsifs : ils comparent et analysent avant de réaliser un potentiel achat, online comme offline. Surfant sur ce constat, Cegid dévoile ensuite deux conseils pour aider les marques à toucher cette cible : avant tout, dans cette logique, ces dernières doivent faire en sorte de miser sur "davantage d'échanges avec les consommateurs".

Ces derniers "veulent continuer à interagir avec la marque après le règlement. Ils se prennent en photo sur Instagram avec leurs nouveaux vêtements en identifiant la marque ; ils conseillent un produit à un ami sur Facebook ; ils envoient leurs impressions à l’enseigne… En bref, la génération Z, aussi surnommé génération C – pour Communication, Collaboration, Connexion et Créativité – partage ses expériences avec son réseau, et veut interagir avec des marques réactives". Enfin, le deuxième conseil est d'adopter une "tolérance zéro pour les technologies défaillantes", à l'heure où 62% des jeunes quittent une application difficile à maîtriser et 60% ferment un site web trop lent. "Cette génération de l’omnicanal a, en effet, grandi avec des expériences sans couture entre tous les canaux. Ils ont pris l’habitude de passer d’une plate-forme à l’autre, allant jusqu’à utiliser plusieurs appareils à la fois. Par conséquent, ils n’ont aucune patience pour les services difficiles, trop lents ou – pire – contenant des bugs récurrents". Compris ?

Crédit : x