Compromis, entrepreneurs, expatriation, le rapport des Millennials au travail décrypté

La jeune génération se dévoile sur le marché de l'emploi !
Ecrit par

Sur le marché de l'emploi, la jeune génération reste un mystère à appréhender pour bien des professionnels. Aujourd'hui, une étude signée Monster menée par l’Institut YouGov permet d'en savoir un peu plus sur les réelles attentes des Millennials en matière de vie professionnelle.

Comprendre la jeune génération, cela passe aussi par comprendre son rapport au marché du travail, qui constitue un élément capital de sa vie quotidienne et une partie importante des espoirs concernant son avenir. Sur ce sujet, nous nous demandions il y a quelques mois si les Millennials étaient vraiment différents de leurs aînés au travail. Verdict, comme l'expliquait le nouveau baromètre Edenred-Ipsos 2016 dévoilé à l'époque, "plus motivés que leurs aînés, les jeunes dépeignent l'entreprise idéale sous des attributs finalement assez proches de leurs collègues plus expérimentés. Pour l'entreprise, l'enjeu ne serait donc pas tant de traiter cette génération indépendamment des autres, mais plutôt de repenser globalement les enjeux de leadership dans un environnement de plus en plus digitalisé, horizontal et multitâche, en tenant compte des fortes spécificités pays". Aujourd'hui, c'est une étude signée Monster menée par l’Institut YouGov qui apporte sa contribution à la réflexion générale autour des jeunes et l'emploi. Découvrez tout de suite ce qu'il faut en retenir.

Déjà, sachez que, encore une fois, la jeune génération "entrepreneurs" est plus que jamais confirmée : ainsi, s'ils "avaient le choix", 50% des Millennials français opteraient pour un statut de freelance, comme leurs voisins germaniques. 47% envisagent d'ailleurs réellement de créer leur propre entreprise. La tendance est nettement plus marquée en France qu’aux Pays-Bas (37%), en Allemagne (31%) ou au Royaume-Uni (30%). D'autre part, contrairement au cliché qui décrit la jeune génération comme étant intransigeante et exigeante, sachez que les Millennials sont en réalité prêts à faire de nombreux compromis. D'ailleurs, alors que 69% des Français déclarent avoir fait des concessions pour obtenir leur poste actuel, le taux monte à 80% chez les 18-36 ans. Dans le détail, "27% sont en effet prêts à consentir à un salaire inférieur, 23% à ne pas travailler dans le secteur d’activité envisagé et 23% à accepter un poste aux perspectives d’évolution limitées. Les Millennials français sont les plus nombreux à déclarer avoir fait des compromis contre 61% de leurs homologues anglais, 57% en Allemagne et 56% aux Pays-Bas", révèle l'étude.

Aussi, très soucieux de leur e-réputation, 30% des Millennials français déclarent majoritairement que leur choix de carrière est le fruit du hasard. Ce chiffre reste limité face aux Millennials anglais, 54% à faire la même affirmation, devant les Néerlandais (33%) et les Allemands (28%). Le deuxième critère de motivation cité est le salaire (25%), devant les centres d’intérêts qui n’arrivent qu’en troisième position (24%), juste devant l’influence familiale (23%). C'est effectivement une réalité, les Millennials accordent une grande importance à l’avis de leurs proches : Français et Allemands sont les premiers européens à faire appel à leur(s) meilleur(s) ami(s) pour leur recherche d’emploi, respectivement 24% et 28% des sondés. Enfin, les Millennials français sont à 44% intéressés par une expérience professionnelle à l’étranger (soit 12 points de plus que la moyenne nationale) et ils sont plus d’un sur dix (13%) à avoir la chance d’en posséder déjà une. Si les difficultés sont nombreuses pour être recruté, près d’un Millennials sur 5 (19%) se dit prêt à quitter la France s’il ne trouve pas d’emploi. Si vous voulez en savoir toujours plus sur le rapport des jeunes à l'emploi, découvrezles conseils de la génération Y à la génération Z en la matière.

Crédit : http://i.huffpost.com, Libre de Droits