Emploi : Les 4 aspirations principales de la Génération Z au sujet du travail décryptées

Ecrit par

À l'heure actuelle, les membres de la Génération Z débarquent progressivement sur le marché du travail. Mais quelles sont leurs attentes à ce sujet ? Daniel Ollivier, co-auteur d'un livre sur cette génération, répond à la question en présentant 4 envies principales.

Au travail les très jeunes ! En cette année 2018, les membres de la génération Z, nés après 1996 et avant 2008, sont de plus de plus nombreux à débarquer sur le marché du travail. Vous le savez, la mission que se donne la rédaction d'Air of melty au quotidien, c'est de vous aider à bien cerner la jeune génération. Et, indéniablement, cela passe également par comprendre son rapport au marché du travail, qui constitue un élément capital de sa vie quotidienne et une partie importante des espoirs concernant son avenir. À ce sujet, alors que nous vous parlions de la manière dont la Génération Z songe déjà à l'entreprise de demain, c'est aujourd'hui le site RH Infos qui s'intéresse au sujet, au travers d'une tribune rédigée par Daniel Ollivier, co-auteur avec Catherine Tanguy du livre "Génération Y & Z : le grand défi intergénérationnel". Ce dernier présente les quatre caractéristiques qui éclairent les aspirations des plus jeunes vis-à-vis du monde du travail et de l'entreprise. C'est parti pour faire le plein d'infos !

Le premier point mentionné par l'expert, c'est le fait que la recherche d'un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle constitue une priorité pour la jeune génération. "Ces jeunes Z ont une ambition considérable : celle de vouloir concilier travail, vie affective et développement personnel sans être dans l'obligation de faire un choix. Ils sont curieux et soucieux d'apprendre et aiment vivre des expériences multiples. Chaque univers s'enrichit des deux autres. Le travail n'incarne pas une contrainte mais un moyen de s'épanouir". Ce qui explique en partie pourquoi les jeunes sont plus heureux que leurs aînés au travail ! Le deuxième point mentionné par Daniel Ollivier, c'est le fait que ces moins de 25 ans ont besoin de personnalisation et de collaboration. "Ils sont souvent définis comme individualistes et narcissiques mais en fait cette mise en avant répond avant tout chez eux au besoin de développer leur personnalité et estime de soi. Dans une société qui privilégie l'individualisme, comment ne pas avoir le souci de sa propre image ? Ce ne sont pas des électrons libres. Ils ont pleinement conscience qu'ils ne pourront s'épanouir que dans un environnement de confiance et de partage". C'est dit.

Par ailleurs, comme dans tout autre aspect de leur vie, sachez que la génération Z est marquée par un phénomène d'hyperconnexion. "Les membres de la Génération Z fonctionnent dans un écosystème où ils sont en interaction permanente avec leurs réseaux. Nous savons qu'ils peuvent être là physiquement et pas là mentalement. C'est au minimum 4 heures d'utilisation par jour du smarphone avec une pratique quasi permanente. Ils sont surinformés et manifestent une grande curiosité. Le smartphone est un couteau suisse car il est multi usages... mais c'est aussi un doudou numérique : même la nuit il doit être à portée de main. À l'entreprise de savoir leur faire confiance dans l'utilisation responsable des outils digitaux. Ils sont capables de faire la part des choses lorsqu'on sait ne pas les infantiliser ou les culpabiliser sur leurs pratiques". Enfin, on vous en a aussi déjà parlé, la jeune génération est dans une logique "tout, tout de suite" qui valorise grandement l'ultra instantanéité. "Dans la prise de décision, l'émotion concurrence fortement la capacité de prise de recul. Dans cette quête du moment présent, c'est souvent la recherche du plaisir immédiat qui prime sur l'effort et l'investissement à moyen terme. À l'entreprise de savoir utiliser au mieux cette réactivité dans les événements quotidiens sans en subir les excès et les conséquences sur la concentration et la persévérance". Allez maintenant, au travail, pour de vrai cette fois !

Crédit : Huffington Post