KFC passe en mode Noël en misant sur l'humour

Ecrit par

En ce mois de novembre 2018, les campagnes de Noël commencent à arriver ! Et c'est notamment l'enseigne de restauration rapide KFC qui ouvre le jeu en présentant son duel digne des plus grands films de western : son poulet contre la dinde de Noël. Tout bon ?

Décidément, cette année, les fêtes de fin d'année pourraient bien rimer avec restauration rapide ! Alors que, hier à peine, Burger King misait sur la simplicité et l'honnêteté en mode fun pour séduire les jeunes avec un nouveau menu à bas prix, c'est aujourd'hui au tour de KFC de se mettre en lumière sur le plan de la communication. Alors que la saison de Noël commence doucement et que la rédaction d'Air of melty vous a déjà dévoilé des conseils pour bien communiquer sur Pinterest en cette période de l'année, KFC ne semble pas avoir besoin de qui que ce soit pour savoir comment surfer sur ce temps fort de l'année. Ainsi, outre-Manche, où les publicités de Noël sont un must, l'enseigne de poulet frit a lancé une nouvelle campagne avec son agence Mother London. Un spot décalé et pertinent qui promet de marquer les esprits. Mais concrètement, ça passe par quoi ?

Comme l'explique le site La Réclame, qui relaie la campagne, sur la musique du film Le bon la brute et le truand, le film dévoilé par KFC nous présente un poulet en mauvaise posture qui enchaîne les exploits en bravant le froid et la neige avant de se retrouver face à son ennemi juré du moment : la dinde de Noël. "La rencontre fortuite laisse donc place à un véritable duel de cowboys, dans une ambiance digne des plus grands westerns. Après une longue confrontation, et un battement d’aile rageur, la dinde apeurée prend la fuite plutôt que de s’opposer au poulet". Victoire du poulet donc ! Derrière cette image loufoque et très efficace, KFC conclue son film sur une phrase qui devrait grandement parler à ses consommateurs : "La dinde va et vient, mais le poulet reste". Et oui, si la dinde s'impose comme étant le plat préféré du grand public pour Noël, le poulet, lui, s'impose toute l'année. Alors bas les pattes !