Le rapport de la génération Y à l'emploi décodé...par une GenY

Ecrit par

Au travail les jeunes ! Quoi de mieux qu'une membre de la génération Y pour décrypter le rapport des moins de 35 ans au travail au quotidien ? Aujourd'hui, c'est Julia Tissier, fondatrice de Cheek Magazine et coauteure de la génération Y par elle-même, qui nous en parle.

Mais qui sont vraiment les jeunes ? C'est la question à laquelle la rédaction d'Air of melty tente de répondre au quotidien, qu'il s'agisse d'une question générale ou de thématiques plus précises. Ainsi, il y a quelques jours, nous vous présentions les caractéristiques de la génération Y entre déracinement, open mind et bien d'autres éléments. Aujourd'hui, nous voulions nous intéresser au rapport des Millennials au monde du travail. On vous l'a déjà dit, l'emploi constitue un élément capital de la vie quotidienne des jeunes et une partie importante des espoirs concernant leur avenir. À ce sujet, il y a peu, nous vous faisions savoir que la génération Y sait exactement ce qu'elle veut sur le marché du travail, entre argent, épanouissement et temps pour soi. Aujourd'hui, pour nous aider à y voir plus clair à ce sujet, c'est Julia Tissier, membre de cette génération et rédactrice en chef de Cheek Magazine, qui dévoile sa vision du sujet, à l'occasion d'une interview accordée au site Kokoroe. En préambule, la jeune femme n'hésite pas à rappeler que "cette génération est complexe et hétérogène". D’abord, il faut bien avoir en tête que les jeunes "ont grandi avec Internet, une révolution technologique comparable à la Renaissance selon Michel Serres, ce sont des digital natives". Et, d'autre part, "ils ont été élevés sur fond de crise économique et ont, une fois adultes, été très vite confrontés à la précarité dans le monde du travail. Ils ont de fortes capacités d’adaptation et recherchent avant tout un épanouissement personnel". Aux entreprises de bien le comprendre !

3662882

Dans cette logique, Julia Tissier explique que les Millennials ont une perception très personnelle du monde du travail, très réaliste. En effet, alors que beaucoup d’entre eux ont vu leurs parents licenciés, être au chômage, ils ont forcément été désillusionnés très vite. "Confrontés à la précarité, ils n’envisagent pas leur parcours professionnel comme une carrière linéaire. Ils changent d’entreprise, montent la leur ou exercent plusieurs métiers. Ils sont avant tout en quête de sens et de bien-être personnel". Encore une fois, on retrouve donc l'idée d'une jeune génération qui veut multiplier les expériences en tout genre et se concentrer sur le sens de ses actes. Et, en cela, l'entreprise peine aujourd'hui à séduire un grand nombre de ces jeunes. "L’entreprise commence à comprendre qu’il y a un problème avec ses salariés millenials, qu’elle a souvent du mal à retenir. Si elle est plus horizontale dans son organisation, qu’elle arrive à saisir leurs motivations, qu’elle leur accorde davantage de flexibilité (par exemple, le télétravail), alors oui, elle répondra à leurs attentes". En somme, vous l'aurez compris, sur le marché du travail, il devrait y avoir du changement en 2018 pour séduire la jeune génération !

Crédit : ezapply.biz