Marketing

Les micro-influenceurs, plus en phase que les macro-influenceurs avec les marques avec lesquelles ils collaborent

Publié par
Céline Pastezeur
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 2 min
Les micro-influenceurs, plus en phase que les macro-influenceurs avec les marques avec lesquelles ils collaborent

En cette année forte en matière de marketing d'influence, il est important de savoir sur quels influenceurs miser pour les marques qui veulent engager les Millennials. En la matière, grâce à sa nouvelle étude, Hivency dévoile des informations capitales.

En cette année 2019, c'est indéniable, le marketing d'influence s'impose comme étant un outil de choix pour toucher et engager la jeune génération. Plusieurs études l'ont montré, 8 jeunes sur 10 déclarent se laisser influencer dans leur consommation par des influenceurs. Dans ce contexte, la rédaction d'Air of melty vous dévoile régulièrement des conseils pour mieux miser sur le marketing d'influence, notamment à l'ère de la méfiance. Il y a quelques mois, nous vous parlions notamment des catégories d'influenceurs à surveiller en cette année 2019. Aujourd'hui, on s'intéresse au type d'influenceur : mieux vaut-il miser sur des micro-influenceurs ou sur des macro-influenceurs ? Hivency a mené une étude exclusive sur les influenceurs Web en France, principalement sur Instagram, de 5 000 à 500 000 abonnés, pour savoir quelles sont leurs relations avec les marques et comment cela impactait leur vie au quotidien. Alors, verdict ?

Les micro-influenceurs, plus en phase que les macro-influenceurs avec les marques avec lesquelles ils collaborent

Hivency révèle que les micro-influenceurs, ayant moins de 100 000 abonnés, collaborent davantage avec des marques qui leur plaisent. Ainsi, l'étude révèle que 23% des influenceurs Web ayant plus de 100 000 abonnés travaillent parfois avec des marques qui ne leur plaisent pas, quand c’est le cas pour seulement 7% des influenceurs de moins de 100 000 abonnés. "À moins de 100 000 abonnés, les influenceurs sont donc plus en phase avec les marques et produits qu’ils présentent à leur communauté". En marge de cela, pour Dorian Ciavarella, Co-Fondateur d’Hivency, ils sont aussi plus en phase avec leurs abonnés. "Les influenceurs Web ayant entre 5 et 100 000 abonnés, qu’on appelle micro-influenceurs, ont un plus fort taux d’engagement car ils interagissent davantage avec leur communauté – ils le peuvent car elle est plus restreinte". Par ailleurs, on note que 80% des influenceurs Web ayant entre 5 et 10 000 abonnés et 63% de ceux entre 10 et 50 000 ne se font que rarement rémunérer autrement qu’en produits. En revanche, 67% des influenceurs entre 50 et 100 000 abonnés et 84% de plus de 100 000 se font rémunérer. Pour Sylvain Gasc, Co-Fondateur, "les micro-influenceurs se font rarement payer pour mettre en avant des marques mais privilégient l’attraction qu’ils ont pour ces dernières. Ce n’est pour eux pas un métier, ils n’en vivent pas et mettent en avant des produits qu’ils apprécient, sans contrepartie financière".

Inscrivez-vous à la newsletter !
À lire aussi
Des influenceurs de moins en moins influents auprès des Millennials ?
À lire aussi
Quels avantages à travailler avec des nano-influenceurs pour votre campagne d'influence ?
À lire aussi
Marketing d'influence : Comment bien choisir ses influenceurs ?
À lire aussi
YouTube, TikTok, ROI, les chiffres du marketing d'influence en 2019
À lire aussi
74% des 18-29 ans interagissent au quotidien avec des influenceurs
Encore plus de contenus
Marketing

La publicité, premier facteur d'influence auprès des 18-24 ans ?

Souvent, on parle du fait que les influenceurs et l'avis des pairs influencent directement les achats des 18-35 ans. Mais qu'en est-il de la publicité ? Les jeunes y sont-ils sensibles avant ou pendant leurs sessions shopping ? À en croire de récentes données signée Brandwatch, la réponse est oui.

La publicité, premier facteur d'influence auprès des 18-24 ans ?
Twitter

Bientôt des Stories sur Twitter ?

La folie des stories sur les réseaux sociaux n'est pas près de s'arrêter ! Après Snapchat, Instagram, Facebook, YouTube ou encore Spotify, c'est désormais au tour de Twitter d'envisager de se lancer dans la publication de contenus éphémères. En tout cas, c'est ce que laisse à penser sa dernière acquisition.

Bientôt des Stories sur Twitter ?
Les micro-influenceurs, plus en phase que les macro-influenceurs avec les marques avec lesquelles ils collaborent
Pixel de tracking