Emploi

Les Millennials, dégoûtés du télétravail à cause du confinement ?

Publié par
Céline Pastezeur
, le .
Temps de lecture : ~ 2 min
Les Millennials, dégoûtés du télétravail à cause du confinement ?

Le télétravail imposé pendant la crise sanitaire a-t-il chamboulé les envies des jeunes en matière de méthode de travail ? Ces dernières semaines, études et experts ont montré que les 18-35 ans n'avaient pas forcément bien vécu le télétravail pendant le confinement. De quoi les en dégoûter définitivement ?

Et si la période de confinement avait tout changé quant aux attentes des 18-35 ans sur le marché de l'emploi ? Il y a quelques semaines, une étude menée par Deskeo avait montré que 71% des 18-35 ans voulaient faire plus de télétravail après le confinement, contre 62% de l'ensemble des Français. Une décision qu'ils justifiaient par le fait ne plus vouloir perdre trop de temps dans les transports (32%), devant le fait d'être au calme pour se concentrer (31%), le fait de pouvoir s'organiser comme ils l'entendent (23%) et enfin le fait d'avoir plus de temps pour les loisirs et les proches (8%). Pourtant, plus récemment, lors d'une interview, Julia Bizer et Jean-Baptiste Aloy, Partners chez Augmented Talent, nous parlaient du fait que la jeune génération a en réalité mal vécu la longue période de télétravail, à cause d'un "besoin de collectif fondamental" qui n'est pas forcément compabible avec cette façon de travailler. D'ailleurs, selon une récente étude, ce sont les plus jeunes qui expriment le plus de ras le bol quant au télétravail. Alors, qu'en est-il réellement en cet été 2020 ? Les jeunes sont-ils heureux ou malheureux en télétravail ?

Les Millennials, dégoûtés du télétravail à cause du confinement ?
Crédit : Hinterhaus Productions, Getty Images

Et bien, en réalité, il est facile de répondre à cette question : en 2020, les 18-35 ans sont toujours attirés par le télétravail...mais à condition que celui-ci soit choisi et à condition, souvent, qu'il se fasse à petite dose. Comme l'a expliqué Laëtitia Vitaux, experte du monde du travail et des organisations, au site L'ADN, "On ne peut pas parler du télétravail comme si la situation était normale. Certaines personnes ont été confinées dans des lieux terribles, rien n’a été préparé, et dans la majorité des cas, on n’a pas eu le temps de faire l’audit du matériel à disposition". Dans ce contexte, il est peu étonnant que les jeunes actifs, parfois isolés seuls dans des petits logements ou alors confinés en famille de retour dans leur chambre d'ado peu adapté au monde du travail, aient eu du mal à se sentir bien dans leur nouvel environnement professionnel imposé...et inflexible alors qu'eux vantent notmalement le télétravail justement pour son côté flexible et la liberté qu'il peut apporter. Comme le rappelle l'experte, "faire du télétravail en temps normal, c’est organiser sa journée comme on l’entend". Or, il était impossible de le faire pendant le confinement puisque les options de temps libre et de déplacements étaient très limitées. Aussi, il faut rappeler que, globalement, les jeunes ont vécu une période très compliquée, avec des rapports humains limités qui ont beaucoup pesé sur leur moral. Dans un tel contexte, il est possible que certains Millennials soient donc dégoûtés du télétravail...mais ce dégoût n'est certainement que très temporaire ! C'est d'ailleurs pour cela que les 18-35 ans se disent prêts à continuer le télétravail une partie du temps même après la crise sanitaire : ils se sont rendus compte que cette manière de travailler a du bon, quand elle est voulue et quand elle ne représente pas la normalité quotidienne du travail. L'experte en est convaincue : le télétravail fera partie de notre manière de travailler à l'avenir, et les plus jeunes seront les premiers à le réclamer !

Inscrivez-vous à la newsletter !
À lire aussi
Les jeunes Français et le travail indépendant, quelle réalité ?
À lire aussi
Quelles attentes pour la Génération Z sur le marché de l'emploi ?
À lire aussi
Big 6, le rendez-vous des entrepreneurs à ne pas manquer le 1er octobre 2020
À lire aussi
55% des jeunes pensent que la valeur de leur diplôme sera altérée par la crise du Covid-19
À lire aussi
Les Millennials et la Génération Z, plus motivés que leurs aînés au travail ?
Encore plus de contenus
Marketing il y a 6 heures

Les 18-34 ans, une génération qui assume ses paradoxes (ETUDE)

Ce matin, Prisma Media a organisé une conférence pour présenter les résultats de son étude menée auprès des Millennials français. Une conférence qui a permis de réaliser une plongée dans l'état d'esprit des 18-35 ans, de façon à mieux les comprendre et mieux les toucher avec des discours pertinents.

Les 18-34 ans, une génération qui assume ses paradoxes (ETUDE)
Mobile il y a 7 heures

Plus de 7 jeunes sur 10 utilisent leur smartphone au moment des repas

La clé d'un repas réussi pour les 18-35 ans : un bon plat, de la bonne compagnie...et son mobile à portée de main. C'est ce que semble en tout cas révéler une nouvelle étude menée par OpinionWay pour Président, qui montre que les jeunes Français sont très nombreux à utiliser leur smartphone à table.

Plus de 7 jeunes sur 10 utilisent leur smartphone au moment des repas
Burger King il y a 9 heures

Burger King réclame une étoile au Guide Michelin

En tant que roi du burger, l'enseigne de restauration rapide Burger King nourrit de grandes ambitions. Sa dernière lubie ? Convaincre le célèbre Guide Michelin de lui accorder une étoile pour son nouveau sandwich haut de gamme.

Burger King réclame une étoile au Guide Michelin
Société il y a 1 jour

Le coliving et les jeunes Français, quelle réalité ?

La période de confinement a été un déclic pour inciter de nombreux Français à déménager. Trouver un logement dans lequel on se sent bien est désormais une réelle priorité. Une priorité qui peut conduire à l'essor du coliving ? Peut-être bien, à en croire une étude menée par YouGov et Businesscoot.

Le coliving et les jeunes Français, quelle réalité ?
Les Millennials, dégoûtés du télétravail à cause du confinement ?
Pixel de tracking