Son, sous-titres, format, comment les jeunes visionnent-ils les vidéos en ligne ?

Ecrit par

Visionner des vidéos en ligne, c'est l'activité préférée de la jeune génération au quotidien. C'est déjà bien de le savoir, mais c'est encore mieux de savoir comment les moins de 35 ans regardent exactement ces contenus, sur le fond comme sur la forme. Réponse avec Wibbitz !

Vous ne pourrez pas passer à côté en 2019, la vidéo promet d'être LE sujet de l'année, en prenant plusieurs formes et notamment celle de l'user generated vidéo, une tendance qui a tout bon auprès des jeunes. Qu'il s'agisse de la Génération Z comme de la Génération Y, on sait que les jeunes passent plusieurs heures par jour à visionner des vidéos en ligne. En fait, plus précisément, selon une étude signée Wibbitz, la plateforme de création vidéo automatisée, les 18-25 ans passent en moyenne 3h25 chaque jour à regarder des vidéos en ligne quand les 25-34 ans y passent 2h30 en moyenne. On le voit donc, le visionnage de vidéos semble être l'activité préférée des jeunes quel que soit leur âge, même si des différences existent entre les plus jeunes et les moins jeunes. D'ailleurs, on sait désormais que les moins de 25 ans passent aussi 70% plus de temps à regarder des vidéos qu'à lire des articles. Cela veut tout dire : pour s'adresser à cette cible, il faut donc passer par la vidéo. Mais encore faut-il savoir comment et où les jeunes regardent ces vidéos en ligne. À ce sujet, Wibbitz a encore une fois la réponse, grâce à la divulgation de nouveaux chiffres.

Son, sous-titres, format, comment les jeunes visionnent-ils les vidéos en ligne ?
Son, sous-titres, format, comment les jeunes visionnent-ils les vidéos en ligne ?

Concernant la manière dont les membres des Générations Y et Z visionnent des vidéos, on remarque que des différences existent de nouveau entre les deux catégories. Ainsi, 45% de la Gen Z regardent de préférence leur vidéo avec le son sur leur smartphone contre 31% des Millennials. En revanche, pour les deux catégories, l'utilisation de sous-titres est importante pour plus de 40% d'entre eux. De quoi indiquer que les vidéos sont souvent visionnés dans un contexte qui impose une certaine discrétion (transports, lieux publics, etc). Pour 4 jeunes sur 10 donc, la vidéo doit pouvoir se visionner sans le son. D'ailleurs, quand il n'y a pas de sous-titres, 10% des Gen Z mettent alors le son tandis que 4% abandonnent contre 18% des Millennials qui augmentent le volume et 10% qui laissent tomber le visionnage. Si vous aviez besoin d'un rappel que la création de vidéos ne se limite pas qu'à l'image, le voici donc !

Concernant le format privilégié par les jeunes en matière de vidéo, on note que 56% des membres de la Gen Z préfèrent le format paysage (16 : 9) contre 50% pour les Millennials. Suit le format vertical, le plus pratique pour le mobile en mode 9 : 16, sollicité par 20% des Z et 17% des Y. Enfin, le format square (1 : 1) attire 17% des Z et 15% des Y. Mais, qu'on se le dise, pour un quart des jeunes de la génération Z et un tiers des Millennials, le format importe peu, ils n'ont pas de préférence. En revanche, là où les jeunes ont tous une préférence, c'est concernant le service sur lequel ils visionnent des vidéos. En pratique, Facebook remporte l’adhésion des deux tranches d’âge pour l’actualité et YouTube pour se divertir et développer sa carrière. Instagram, Twitter et Snapchat complètent le Top 5 des plateformes les plus utilisées pour visionner des vidéos. Enfin, concernant le rapport aux marques, rappelons que "en ce qui concerne les contenus sponsorisés une fois visionnés, les deux groupes avouent être intéressés par la marque et mieux être informés à son sujet. De plus, 59% de ceux qui apprécient ces vidéos publicitaires digitales ont acheté les produits après les avoir regardées. Mais les marques doivent être attentives à leurs storytellings et aux canaux choisis, car si 15% des Gen Z sont davantage neutres vis-à-vis de ce type de prise de parole, les millennials sont 16% à plus facilement les détester", comme l'explique le site Influencia qui relaie l'étude.

Crédit : x