Tinder : Aids Task Force y lance une campagne de prévention contre le sida

Les jeunes sont directement visés et touchés !
Ecrit par

Tinder, c’est le service mobile du moment. Considéré comme un lieu de rencontre mobile, beaucoup de couples s’y forment, souvent pour une nuit. Face à ce phénomène, Aids Task Force s’est invité sur l’application pour y mener une campagne de prévention.

Marchant sur les plates-bandes de WhatsApp, racheté par Facebook pour 19 milliards de dollars, Viber, et toutes les autres applications de messageries instantanées, Tinder est l’un des services les plus en vogue ces derniers mois. A la différence des autres noms cités précédemment, toutefois, Tinder a la particularité d’être également un espace de rencontre et de drague puisqu’il met en relation des personnes qui ne connaissent pas au départ. Les échanges y sont assez directs et mènent parfois à des histoires pour la vie, mais plus souvent à des histoires d’une nuit. C’est pourquoi l’association AIDS Task Force a décidé de se servir de l’application pour lancer une campagne de prévention.

L’agence Great Interactive, en charge de la communication de l’association qui lutte contre le Sida, a ainsi créé de faux profils sur l’application de rencontre lancée à Los Angeles en octobre 2012 et dont les usagers ont en moyenne 27 ans, pour les inciter à utiliser des préservatifs. Tout simplement, une fois que le faux profil de l’agence est connecté à un vrai profil, ou "matché" selon les termes de l’application, un message automatique apparait : "Vous n’êtes sans doute pas son premier et seul ‘match’. Protégez-vous".

Avec une telle opération, AIDS Task Force s’assure de s’adresser à la cible jeune qu’elle vise de manière générale, en jouant directement sur son terrain. Les organismes de communication et de publicité sont de plus en plus nombreux à s’infiltrer plus ou moins discrètement sur les réseaux sociaux tendance chez les jeunes. Ainsi, dans le même genre, l’organisme brésilien ONDAzul fait sa publicité sur Snapchat pour sensibiliser les jeunes aux questions d’environnement.

Source : Iletaitunepub / L'ADN - Crédit : tinder, X