Coronavirus

Le confinement, synonyme d'épanouissement ou de frustration pour la vie sexuelle des jeunes Français ?

Publié par
Céline Pastezeur
, le .
Temps de lecture : ~ 3 min
Le confinement, synonyme d'épanouissement ou de frustration pour la vie sexuelle des jeunes Français ?

Depuis déjà de longues semaines, les Français sont confinés et doivent trouver de quoi occuper les longues journées qui s'enchaînent. Alors, ce confinement est-il l'occasion rêver pour les couples de se retrouver ou la libido de chacun est-elle affectée ? Réponse avec une nouvelle étude signée Ifop x Charles.co.

La période de confinement qui se joue actuellement est une période sans précédent en France. Les habitudes de chacun sont chamboulées, ce qui peut mettre à mal la vie de couple des Français. À ce sujet, une récente étude signée Ifop x Consolab avait montré que les moins de 25 ans étaient notamment les plus nombreux à se disputer au sujet des tâches ménagères notamment. Aujourd'hui, une nouvelle étude menée par l'Ifop pour Charles.co cette fois s'intéresse à l'impact du confinement sur la vie intime des Français. Et le focus sur la jeune génération montre que, encore une fois, les Millennials ne font rien, ou presque, comme leurs aînés. Ainsi, de manière générale, on note que la jeune génération a plus besoin d'affection que jamais pendant cette période de confinement. Concrètement, 48% des 18-24 ans déclarent avoir déjà eu "des gros besoins de câlins/d'affection" durant la période de confinement, contre 39% pour les 25-34 ans et 22% des 35 ans et plus. À l'inverse, étonnamemnt, les jeunes sont aussi ceux qui sont les plus nombreux à avoir très peu de pulsions sexuelles et à avoir perdu l'envie de faire l'amour pendant cette période compliquée : c'est le cas de 23% des 18-24 ans et de 19% des 25-34 ans, contre 13% des 35 ans et plus.

Le confinement, synonyme d'épanouissement ou de frustration pour la vie sexuelle des jeunes Français ?
Crédit : Nattakorn Maneerat / EyeEm,Getty Images

Dans ce contexte, 57% des 18-24 ans déclarent n'avoir eu aucun rapport sexuel au cours des 4 dernières semaines contre 30% des 25-34 ans et 44% de l'ensemble des Français. Quoi qu'il en soit, il convient de noter que, globalement, les jeunes Français sont plus épanouis dans leur vie sexuelle que la moyenne des Français. Alors que 26% des sondés, tous âges confondus, se disent "très satisfaits" de leur vie sexuelle, le taux monte à 35% chez les 18-24 ans et à 32% chez 25-34 ans. Il s'agit des catégories les plus enthousiastes sur le sujet. Cela est peut-être notamment lié au fait que les jeunes s'accordent plus de plaisirs solitaires que leurs aînés : ils sont 52% des 18-24 ans et 44% des 25-34 ans à avoir pratiqué la masturbation durant le confinement contre 42% des Français en moyenne. Aussi, concernant leur vie amoureuse hors ou pendant confinement, on apprend que 62% des moins de 35 ans révèlent avoir déjà échangé des messages coquins par SMS, mail ou messagerie instantanée avec leur partenaire. Ils sont aussi 14% à avoir déjà réalisé des jeux sexuels via la webcam d'un téléphone ou ordinateur. Dans le même temps, plus de 4 jeunes sur 10 ont déjà reçu des photos ou vidéos d'autrui nu (les fameux "nudes") ou un cliché du sexe d'une personne (aka la "dickpic"). Ils sont dans le même temps respectivement 37% et 25% à avoir envoyé ce type de contenu à quelqu'un, selon l'étude Ifop x Charles.co.

Alors qu'une récente étude menée par 20 Minutes et OpinionWay a montré que 2 jeunes sur 10 seraient prêts à enfreindre les règles du confinement, l'enquête d'Ifop confirme aujourd'hui la tendance, en révélant que, en réalité, 21% des 18-24 ans (vs 9% des 25-34 ans et 6% des Français) se sont déjà déplacés pour retrouver un conjoint/partenaire sexuel à son domicile ou dans un lieu public pendant le confinement. Enfin, concernant l'après confinement, vous serez heureux d'apprendre que 30% des 18-24 ans ont déjà fixé un rendez-vous à finalité sexuelle avec quelqu'un dès que cela sera possible. C'est aussi le cas pour 23% des 25-34 ans. Et, bonne nouvelle pour ceux qui ont passé le confinement à deux, seuls 1 jeune sondé sur 10 estime que la période de confinement aura contribué à les éloigner de leur partenaire, au point que certains souhaitent prendre des distances à court terme. Pour les autres, l'osmose est toujours au rendez-vous !

Inscrivez-vous à la newsletter !
À lire aussi
Le confinement, un coup dur pour la manière dont la jeune génération se voit physiquement ?
À lire aussi
8 jeunes sur 10 se sont découverts de nouvelles passions pendant le confinement
À lire aussi
Grande distribution, mode, beauté, gaming, comment les achats des Millennials ont réellement été impactés par le confinement (ETUDE)
Encore plus de contenus
Le confinement, synonyme d'épanouissement ou de frustration pour la vie sexuelle des jeunes Français ?
Pixel de tracking